· 

Ariane Deward, une smark woman qui danse sous la pluie

"Voir la lumière dans l’obscurité, le positif dans les situations les plus sombres"

Avant de choisir la psychologie, j'ai passé un an à l'école du cirque. Au cirque, il est fondamental d’habiter pleinement son corps et d’écouter son intuition et son instinct. Question de survie, question de vie. Aujourd’hui, je réalise à quel point ce choix n’était pas anodin.

Premier orage

J’ai 26 ans et mon fils 10 mois lorsque mon conjoint, père de mon enfant, meurt brutalement dans un accident de voiture. Cela fait un an que nous venons d’emménager en Espagne où nous avons ouvert un studio de tatouage. Dans ce violent orage, je trouve la force de tout prendre en main, loin des miens.    


TEMPÊTE

Quelques années plus tard, revenue avec mon garçon à Bruxelles, stabilisée dans ma vie personnelle et professionnelle, je rencontre un homme, qui perdra la vie peu de temps après dans un accident de moto.
Cette fois, mon fils a cinq ans. Il est suffisamment grand pour réaliser la perte de son ami et encore tellement petit. A mon deuxième deuil vient s’ajouter le sien. 

Eclaircies

A l’époque, j’occupe un poste administratif dans le secteur bancaire. Travail plutôt alimentaire où je fais appel à mon côté logique et analytique mais pas du tout à ma créativité ni à ma sensibilité. Mais en tant que maman célibataire, j’ai besoin de ce salaire.

Durant cette période, je suis des cours de coaching et passe ma certification. Petit à petit, je revis. Je me reconnecte à mes qualités d’empathie, de connexion aux autres, de spontanéité. Je me rends compte que je suis faite pour les relations d’aide. Ado déjà, mon père m’avait initiée au développement personnel (travail énergétique, hypnose, etc.).

 

Et surtout, je prends conscience des ressources que j’ai activées de manière naturelle et intuitive pour rebondir sur chaque situation : ma capacité à voir le positif dans les moments sombres, à m’accrocher aux plus petits points de lumière dans l’obscurité. J’apprends à me connecter à ma grande sensibilité que je vis au quotidien : je ressens très fort l’état émotionnel des personnes qui m’entourent.

Nouveaux nuages

Quelques années plus tard, je me remets en couple. Eh oui, j’insiste ! Je suis heureuse, j’ai l’illusion de pouvoir enfin construire une famille.

Mais au bout d’un temps, je me sens étouffée dans cette relation. Je n’arrive pas à identifier pourquoi, alors je reste. Je devrais être bien, posée avec mon homme, mon gamin, à la campagne, loin de l’agitation bruxelloise. Tout devrait rouler … enfin sur le papier. Après 4 ans de vie commune, nous prenons la décision de nous séparer.

Et hop, troisième bouleversement …


Cette fois, mon corps me lâche et je suis obligée d’arrêter de travailler. Il m’a fallu du temps pour accepter que le burn-out avait frappé à ma porte.

Danser sous la pluie

C’est avec mon vécu atypique, mes ressources personnelles, mon diplôme de psychologie et ma certification de coach que j’accompagne aujourd’hui les personnes qui vivent des moments de transition.

 

Les moments de transition sont ces moments de rupture ou de bouleversement, heureux ou malheureux : un divorce, un licenciement, un burn-out, un deuil, une naissance. Quels qu’ils soient, ils provoquent un raz-de-marée tel que pendant un temps, on se sent déstabilisé ou perdu.

 

Je leur permets de prendre du recul dans une phase de vie souvent chaotique.

J’aime laisser de la place aux émotions, pour qu’elles puissent se dire, se vivre et venir recolorer la vie dans une juste mesure.


Par différentes techniques (pleine conscience, PNL, analyse transactionnelle) nous partons ensemble à la recherche de leurs propres ressources pour construire une sécurité intérieure stable, et apprendre, petit à petit, à apprécier ce qui est et changer ce qui doit l’être, si nécessaire.


Pour que cette danse, commencée à deux, se termine en une création unique et singulière.


A propos de Ariane


Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !