· 

Dominique Smeets (DS Legalinnove), une smark woman qui nous rend libres

"Ce monde en mutation me colle à la peau. Tout est à réinventer pour servir le droit"

La liberté. Chez moi, c’est à la fois un objectif de vie, une ligne de conduite et un moteur professionnel.

OSer l'aventure

J’ai 18 ans lorsque j’atterris pour la première fois à Zaventem. Je suis seule avec mon bagage, je suis venue pour faire des études universitaires, je ne sais pas encore lesquelles et je ne sais pas encore où je vais habiter. Mais je suis forte d’une certitude « Je suis sûre que ça va aller ; que tu sais le faire » prononcée par ma mère restée en Afrique avec mon père expatrié.

comprendre les règles sociétales pour etre libre

Au cours de mes démarches administratives, notamment dans la recherche d’un logement, je ne cesse d’entendre des «tu peux ; tu ne peux pas». Ça m’exaspère. On n’est donc pas libre de faire ses choix !  


Tout semble compliqué… Alors à une séance d’information sur les cours de droit, tout s’éclaire ; les complexités de la société deviennent évidentes, simples, accessibles. Je décide d’étudier le droit, même si je n’aime pas étudier. Car d’instinct je devine qu’en connaissant les règles sociétales et le cadre, on est plus libre et on peut aller plus loin.

aller au front

Seule et indépendante, je l’ai été tout au long de ma carrière. Stagiaire et avocate dans un cabinet important, où je suis entrée sans introduction ni recommandation, je participe d’emblée à de grandes affaires, devenant le bras droit de mon maître de stage. Je n’hésite pas à aller au front. J’offre une aide juridique de première ligne pour les habitants d’une commune, je mets en place l’harmonisation des mutuelles, je construis l’expansion de magasins grandes surfaces dans le BENELUX, …

sauter dans le vide

J’utilise le droit, forte de mes expériences pratiquées tour à tour comme avocate, juriste d’entreprise, juge de la concurrence, arbitre et médiatrice, pour toujours aller de l’avant. Le droit est pour moi un moyen d’être agile dans la société et non un mal nécessaire pour punir ou restreindre. La créativité juridique est mon atout et le droit comparé est ma matière première pour construire l’inédit en toute légalité. Et mon grand plaisir est de plonger dans le vide… les autres ont peur du vide juridique, moi au contraire, je m’y infiltre, je l’apprivoise et j’en profite pour créer du neuf. Je me bats toujours pour quelque chose et jamais contre quelque chose.

Le jour où ma juridiction est devenue une administration, tout est devenu politisé et conventionnel. Ne pouvant plus être fidèle à moi-même, je quitte ma juridiction transformée en une administration.

faire du droit a l'envers : prevenir, bâtir plutôt que punir

De juge de la concurrence, je redeviens indépendante, de retour au barreau en tant qu'avocate. Je me sens à nouveau libre d’offrir mon expertise sans contrainte. Comme à mes 18 ans, je construis mon avenir, avec un bagage encore plus enrichi… que je transmets notamment dans mes ateliers juridiques où j’ai beaucoup de plaisir à enseigner le droit des affaires, … et bien davantage,…. j’enseigne la liberté de reprendre sa vie en main en créant son propre business en toute sérénité parce que mieux outillé juridiquement.

 

Ce monde en pleine mutation que nous vivons me colle à la peau car tout est à réinventer même au niveau de servir le droit.


A propos de dominique


Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !