· 

Quentin Cludts (Look4drone), un smark man qui fait décoller vos idées

Une image vaut mille mots: alors, que dire d'une vidéo?

Quand je pars pour un an en Australie, j’ai 22 ans. J’ai juste envie - besoin même - de prendre le large. Mes études de cinéma sont trop théoriques pour moi ; pas assez dans l’action. Alors je pars sur un coup de tête en « working holidays ».

 

Evidemment, c’est formateur : j’apprends à me débrouilleur seul, à regarder autrement ce qui m’entoure, je fais des rencontres extraordinaires, avec d’autres voyageurs, en sac-à-dos, et avec les locaux.

 

Deux mois après mon retour en Belgique, je pars au Canada. Je fais un tas de boulots pour gagner ma vie : cueilleur de fruits, vendeur itinérant, serveur dans un coffee shop le jour et commis dans un resto le soir.



A mon retour en Belgique, je poursuis ma formation en audio-visuel puis je trouve un emploi, toujours avec l’objectif de pouvoir repartir, en Nouvelle-Zélande, pendant 9 mois, cette fois. Les Néo-Zélandais sont tellement cool qu’en rentrant, j’envisage de travailler dans le bien-être pour rester zen. 

la vidéo

Bien sûr, chaque fois, j’en profite pour combiner mes 2 passions : le voyage et la vidéo. J’emmène avec moi ma caméra, ma formation de caméraman, tout ce que j’ai appris à l’école de cinéma.

 

J’avais déjà réalisé pas mal de vidéos : clips musicaux, corporate, spectacles, etc… Je veux en profiter pour réaliser un reportage sur les working holidays ou des films représentatifs de ma vie avec les habitants.

 

C’est en Nouvelle-Zélande que je découvre le drone, encore peu connu, et décide de passer mon brevet de pilote de retour en Belgique. 

Le message, l’esthétique et l’émotion

Pour chaque film, je travaille au feeling, à l’œil et à l’oreille. J’aime être surpris par le beau : un arbre qui se tient  seul au milieu d’un champ, des couleurs surprenantes, des endroits où il n’y a rien que le calme ou les recoins et les surprises des villes….

 

Ensuite, je veux que le film soit esthétique et qu’il fasse bien passer le message.  C’est pourquoi j’attache de l’importance à chaque étape : scénario, prise de vue, traitement de l’image, son, choix de musique, montage… pour que l’ensemble transmette l’émotion souhaitée.

 

Depuis mes cours d’audio-visuel en humanité et ensuite l’école de cinéma, je sais que c’est derrière la caméra que je veux être… et je m’y sens bien ! 

 


A propos de QUENTIN


Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !

Écrire commentaire

Commentaires: 0