John André (Login'Venture), un smark man activateur de potentiels

Ce qui me passionne, c’est de voir les potentiels à tous les niveaux

Né à Namur, je grandis au Rwanda. Après mes études d’ingénieur agronome à Louvain-la-Neuve (UCLouvain), en passant par Leuven (KULEUVEN) et Tunis (INAT), je suis engagé dans une entreprise de café en tant qu’assistant de direction au Rwanda.

 

Mon bac+5 en poche, je réalise que j’ai un bagage, certes, qu’il faut remplir. Je ne connais rien au café mais rapidement, j’apprends les spécificités du produit et du métier, le fonctionnement de l’entreprise et les rouages de l’import/export. Je m’intéresse aux mécanismes boursiers et quand il s’agit d’acheter ou de vendre il faut réagir au moment opportun.

 

Pour le service import, je développe un système de facturation qui facilite la prise de décision. Durant ses congés, le patron me laisse agir. Ces périodes se passent bien, j’apporte des modifications, j’exploite les potentiels, les synergies…

 

C’est à cette période-là que je découvre la passion du métier, une petite unité de torréfaction et, déjà, le plaisir de gérer les équipes :

  • faire adhérer autour du projet commun,
  • motiver à mettre ensemble la main à la pâte pour atteindre un résultat collectif et célébrer les réussites.

Selon Manpower, seul un employeur sur cinq aurait une démarche de recrutement de profils atypiques. La plupart des entreprises traditionnelles poursuivent une logique de recrutement de profils types correspondant à des fiches de poste types. 

Culture Crunch / 17 décembre 2018 / Management / TRAVAIL



C’est cela qui me motive à m’investir à 200%. Ce mode de fonctionnement (adaptabilité, apprentissage rapide, motivation et loyauté, transmission), je l’emmène avec moi dans chaque entreprise – pour autant qu’elle corresponde à mes propres valeurs de respect, de reconnaissance et de confiance et me permette d’apprendre, de transmettre et d’aller en-dehors des sentiers battus.

 

Il se fait que j’ai eu la grande chance d’avoir des patrons qui m’ont laissé exprimer une vision nouvelle et démontrer que régénérer la créativité des talents de l’entreprise portait ses fruits.

 

Au sein de SIAT (Société d’Investissement pour l’Afrique Tropicale) au Ghana, en tant que directeur commercial, on me confie la responsabilité de lancer et développer les produits (oléine, stéarine, RPKO) de la nouvelle unité de raffinage et le stockage de 10.000 tonnes de beurre de karité par an pour compte de tiers. Avec mon équipe, nous développons aussi de nouveaux marchés, notamment au Nigéria.

 

Chez OLAM (Entreprise singapourienne de trading en denrées alimentaires), je suis engagé pour redresser le marché du cacao au Ghana. L’esprit “entrepreneur” fait partie de l’ADN du groupe. Depuis Accra, avec 200 personnes réparties dans 50 districts, grâce à la liberté et la confiance qui me sont données, nous passons d’une situation de perte à une situation de profit en 2,5 ans et obtenons, du CEO, le Prix d’excellence « Origine de l’année » pour le Ghana.

 

De même chez Barry Callebaut, en tant que directeur général-Ghana : au-delà des résultats (une croissance record, un million d’heures de travail sans accident, taux de rotation de personnel à 4%), j’ai la liberté de bâtir des synergies qui ont un impact sociétal fort. Par exemple, en collaboration avec la Chocolate Design Company (Japon) et la validation du Ministère de l’Education, Barry Callebaut construit une école maternelle et primaire dans le centre du pays.

 

Plus tôt, en pleine épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest, nous obtenons, avec l’aide de l’ambassade de Suisse, les autorisations du Ministère de la Santé pour construire un centre de confinement et de santé à Tema. Heureusement, il ne servira pas. Ce centre bénéficiait à 26 millions de personnes et est devenu le premier centre de quarantaine du pays. Même si cette action dépassait le cadre de l’activité cacao, il était de notre devoir de répondre présent en temps d’incertitude.

 

Plus récemment chez Covivins (numéro un belge d’import/export de spiritueux), en revoyant complètement le fonctionnement de l’organisation et le processus d’achat et de vente, l’entreprise est passée d’une croissance de 9% à 29% en 6 mois.

 

Tout au long de ma carrière, j’évolue dans des cultures et des univers différents qui m’apportent un autre regard sur les relations humaines, leur histoire, leurs réalisations, les contextes et m’inspirent le plus grand respect.

 

Ce qui me passionne, c’est de voir les potentiels à tous les niveaux : les personnes, le produit, l’entreprise, les processus, le marché et la société, de travailler en confiance pour atteindre des résultats percutants et de voir des sourires s’éclairer pour illuminer les équipes.

 

“Growth and profit are a product of how people work together”

Ricardo Semler


A propos de JOHN


Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    John André (mardi, 19 mars 2019 09:11)

    Hello Sylvie,

    C'est un très bel article. Merci de mettre nos histoires en lumière.

    Bonne continuation et à bientôt,
    John

  • #2

    bruno (mardi, 09 avril 2019 11:42)

    Très bien john continue courage