· 

Jean-Paul Gueneau de Mussy, un smark man qui régénère le potentiel d'innovation de vos équipes

Je veux contribuer à une économie qui s’auto-régénère, comme le fait la nature

Les membres de ma famille venus de deux continents au Chili sont de véritables entrepreneurs : partis de rien, ils ont osé, créé, travaillé énormément et prospéré. Dès l’enfance, j’ai ressenti leur enthousiasme et leur persévérance. J’ai vu aussi leur impact sur le plan économique et social.

 

C’est certainement de là que me vient mon besoin latent d’agir et d’avoir un impact concret sur notre société. Pour moi, l’Homme se doit de respecter la nature et un certain équilibre pour avoir une chance de survie. C’est ce que m’ont appris les montagnes : une certaine humilité et une envie de me dépasser et de prendre de la hauteur avant d’agir.

 

La recherche et la métallurgie, les matériaux et l’électrochimie

A la fin de mes études d’ingénieur en métallurgie à Conception (Chili), je suis invité en Belgique pour un travail de collaboration à l’ULB. Pour 6 mois. J’y reste 4 ans, puis définitivement. Entre-temps, j’ai passé mon Doctorat en Science des Matériaux et Electrochimie, je me suis marié et j’ai intégré une spin off de la KU Leuven (Louvain) pour gérer des projets de recherche et développement en micro-électronique.



Je m’arrange pour gérer les projets qui ont une dimension business, notamment en collaboration avec une start up de la Silicon Valley, où je passe de nombreuses semaines pendant deux ans. L’environnement dynamique et la mentalité « yes you can » m’a très fortement influencé.

L’appel du business

Je poursuis des travaux de recherche de plus en plus pointus et bien qu’ils soient passionnants, il me manque l’action, le lien avec l’entreprise, l’impact direct. Je pars tenter l’aventure dans un centre de recherche en Wallonie où, a priori, j’aurai l’opportunité de développer ma dimension business.

 

C’est un véritable changement culturel : je passe d’une culture d’entreprise plate à une structure pyramidale, d’une collaboration très ouverte à un management plus traditionnel, ce qui m’amène à réfléchir sur les relations humaines et l’organisation des entreprises. J’y réalise de beaux projets, notamment un système de test pour verres solaires qui devient un standard du groupe au niveau international.

 

C’est là que j’apprends le principe d’amélioration continue, l’approche produit, la discipline de production industrielle où « the show must go on » et les interactions avec les syndicats et la créativité « in-the-box ». Mais il me manque le contact direct avec l’utilisateur final. Je comprends que j’ai besoin d’élargir mon horizon et entame un MBA.

L’effet « wow »

A l’Ecole de Commerce Vlerick, je côtoie des personnes d’horizons extrêmement différents (marketing, finance, IT, architecte, ingénieurs). C’est une révélation et une grande prise de conscience pour moi : le succès n’est dû qu’à 20% de technique. Pendant cette année commence mon premier apprentissage de l’innovation : facteur humain, marketing, ventes, finance et supply chain. Je sors du mode individualiste pour co-créer un business plan avec mon groupe multidisciplinaire.

 

C’est l’une des meilleures expériences professionnelles que j’ai vécue. Nous avons passé en revue au moins 10 business plans avant d’en choisir un. Nous en rions encore aujourd’hui car, sur les 5 années qui ont suivi, certaines de nos idées ont vraiment vu le jour, grâce à l’apparition des Apps qui n’étaient pas du tout en vogue à l’époque.

Aujourd'hui, je suis un chercheur-entrepreneur

Très rapidement, je créée mon entreprise, Aliseos, du nom de ces vents qui relient mes deux continents, de naissance et d’adoption. Je développe le marché pour des entreprises belges qui veulent s’implanter en Amérique latine. L’activité est prospère et nécessiterait ma présence en permanence sur place… mais je suis très clair sur le fait que ma vie, ma famille, sont en Belgique. Par ailleurs, il me manque la dimension scientifique…

 

Mon deuxième palier d’apprentissage de l’innovation commence en 2017 sur une exploration approfondie de la créativité, des neurosciences et du design thinking – et comment les utiliser pour inventer de nouveaux produits. Je cimente cette connaissance en donnant des cours immersifs à des ingénieurs au Chili (Université de Concepción).

 

Puis je démarre un travail à temps partiel à la KUL où je gère plusieurs projets d’innovation appliquée avec une forte interaction avec une très riche communauté d’innovation européenne. Cela me permet de combiner recherche et action.

 

J’explore ainsi différents business models pour commercialiser un procédé d’upcycling de dêchets industriels en matériaux de construction.

L’innovation régénérative

Depuis, je conjugue mes compétences et mon expérience en tant qu’ingénieur et chercheur dans des domaines aussi pointus que le Deep-Tech, l’Open Innovation et le Big Data, et mon approche business et concrète pour stimuler et tester « l’innovation avec impact » sur les 3 P (People, Planet, Profit) ». Mon but est de déveloper des innovations, non seulement écologiques mais surtout logiques d’un point de vue business.

 

Je veux ainsi contribuer à une nouvelle économie qui s’auto-régénère, comme le fait la nature, dans l’alimention, les matières premières, la santé ou les énergies, etc. 

Une approche multi-dimensionnelle

Aujourd’hui, j’opère dans le monde académique et dans l’entreprise de manière à apporter à chacun le meilleur de l’autre monde. J’organise des Hackathons pour stimuler l’innovation. Dans les entreprises, j’actionne tous mes leviers « hard » et « soft » (matériaux, micro-électronique, recherche, open data, big data, méthodologie Agile, design thinking, neuro-sciences, organisation des entreprises, mindfulness, etc.). J’utilise ma propre méthodologie avec les équipes pour accélérer l’innovation à des fins de transformation et de concrétisation opérationnelle. J’accompagne les changements souvent nécessaires qu’impliquent de tels enjeux.

 

En somme, co-créer des solutions viables économiquement avec un impact sur notre planète… voilà ma définition d’une innovation régénérative (et du cycle vertueux).


A propos de Jean-paul



Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !